Accueil

Défiscalisation immobilière et financière

La défiscalisation immobilière, la solution à tous vos soucis d’investissement
Le fait d’effectuer un investissement en immobilier n’est pas toujours évident d’autant plus que vous allez devoir vous confronter aux aléas du marché et aux autres facteurs liés à un retour d’investissement.

Mais sachez qu’à l’heure actuelle, il existe quand même des solutions très appréciées qui sauront vous protéger face aux pressions fiscales : la défiscalisation. Autant vous rassurer tout de suite que vous aurez un choix assez important mais tout repose tout de même sur votre choix d’investissement.

Les régimes de défiscalisations existants

Il se trouve qu’actuellement, le secteur immobilier fait un tabac en France du fait qu’elle génère incontestablement des revenus mensuels. Ce succès doit certainement à l’incitation fiscale, bien qu’elle soit diversifiée, elle répond à toutes les attentes.

Bon nombre d’investisseurs ont vu en effet, leurs rendements s’agrandir et ne se soucient plus, enfin du moins d’un risque de retour investissement.

En revanche, en matière immobilière, on peut citer deux types d’investissements à savoir la défiscalisation immobilière et la défiscalisation financière. Ce sont deux solutions à moyen et long terme qui génèrent à la fois la stabilité de votre situation mais assurera également votre retraite.

Bien choisir sa défiscalisation immobilière

Vous pouvez échapper facilement à une hausse d’imposition immobilière en bénéficiant d’un régime de défiscalisation. Mais le mieux pour débuter est de définir vos besoins en choisissant la meilleure solution d’investissement.

Mais quel qu’il soit, vous aurez l’avantage d’autofinancer votre projet grâce à votre loyer, vous profiterez également d’une baisse de taux d’intérêt et vous aurez également la possibilité d’imputer la somme de vos intérêts à partir de vos revenus fonciers.

Pour éviter toute confusion, vous allez pouvoir vous inspirer de quelques lois de défiscalisation ci-après :

  • La loi Pinel : 12 à 21% (selon la durée) du montant du bien,
  • Loi Malraux : 22 à 33% du montant des travaux éligibles en Loi Malraux,
  • Déficit foncier : 10700 euro/an (déduction des revenus fonciers et globaux),
  • Statut LMNP (possibilité de ramener à zéro le résultat fiscal grâce au mécanisme comptable de l’amortissement différé).

Focus sur la Loi Malraux

La Loi Malraux permet la plus puissante réduction d’impôt sur le revenu sur une période courte.

Les biens éligibles à la Loi Malraux sont le plus souvent situés en coeur de villes françaises. Ils présentent donc beaucoup de cachet.

Le prix d’achat d’un logement Loi Malraux est ventilé entre le foncier et la partie travaux. En effet, l’objet du dispositif Malraux (lancé en 1962) est la rénovation du bel immobilier français.

Un taux de réduction d’IRPP s’applique sur la quote part de travaux, dans la limite de 100.000 euros.

Le logement acquis en Loi Malraux doit être loué pendant 9 ans.

Atout du dispositif Malraux : la réduction d’impôt n’entre pas dans le plafond des niches fiscales.
Le site internet //www.defiscalisationloimalraux.fr/ présente le fonctionnement de la Loi Malraux ainsi qu’une sélection des meilleurs programmes immobiliers en France.

Et quant aux placements défiscalisants ?

Toujours en matière de défiscalisation, on peut également se permettre de placer ses avoirs en toute sérénité dans des sociétés de placement telle que la SCPI fiscale (de type Loi Malraux ou Déficit Foncier), la FCPI, ou encore le groupement forestier tout en bénéficiant d’une réduction fiscale.

Le choix d’un placement vous appartient mais la SCPI fiscale est quand même une solution à conseiller.

Elle attire de plus en plus de contribuables puisqu’elle génère davantage un allègement fiscal mais donne droit également à de nombreuses opportunités que vous n’en trouverez pas mieux dans un investissement direct.